Phalaenopsis gigantea

Phalaenopsis gigantea 30 €

Bornéo. Rare dans la nature. C’est une espèce à la croissance très lente caractérisée par des feuilles coriaces pouvant atteindre exceptionnellement 90 cm de long sur 30 cm de large. Hampe florale pendante, persistant plusieurs années


Phalaenopsis gigantea

Phalaenopsis Blume 1825

Sous-Famille : Epidendroideae, Tribu : Vandeae, Sous-Tribu : Aeridinae.


Ce genre, créé en 1825 par Blume comporte 62 espèces et 7 hybrides naturels, le plus souvent épiphytes mais quelquefois lithophytes, 

Une nouvelle classification du genre a été proposée par Sweet en 1980 qui le divise en 12 sections. En 1998 et 2001 Eric A. Christenson modifie cette classification et propose 11 sections : Amboinenses, Aphyllae, Deliciosae, Esmeralda, Fuscatae, Parishianae, Phalaenopsis, Polychilos, Proboscidioides, Stauroglottis et Zebrinae.

Les Phalaenopsis sont des espèces monopodiales avec de grandes feuilles succulentes pendantes et une tige courte d'où naît une inflorescence qui peut porter quelques fleurs ou de très nombreuses fleurs. Les fleurs portent un labelle tri-lobé en forme de griffe.

Leur température préférée se situe vers 23-25°C mais ils supportent la température d'un appartement. Un trop long séjour en dessous de 14°C leur est néfaste, voire fatal. Ils se plaisent bien en pot ou en paniers et aiment une bonne circulation d'air et surtout un bon éclairage sans soleil direct, sauf en hiver. Une baisse de température pendant une ou deux semaines favorise la floraison, ainsi qu'un écart de température d'au moins 5°C entre le jour et la nuit.

Les hybrides sont très répandus dans les jardineries et donnent des floraisons spectaculaires souvent de très longue durée. Dans une atmosphère sèche, comme c'est souvent le cas en appartement, il faut vaporiser assez souvent les feuilles (le dessous de préférence) et les racines. Les arrosages seront copieux, entre une et deux fois par semaine selon la saison. Le compost doit être bien aéré pour laisser une bonne circulation de l'air et permettre un séchage rapide des racines. Bien nourrir avec un engrais très dilué.

Pour plus de détails, on pourra consulter le site de Bernard Lagrelle consacré aux Phalaenopsis botaniques,

celui de Alain Brochart, avec beaucoup d'hybrides

et l'article de Tom Harper, revue Orchids de février 2004 (10 pages).


Origine du nom : Grec phalaina : papillon et opsis : apparence.

Distribution : Depuis l'Asie tropicale et subtropicale jusqu'au Nord-Est de l'Australie.

Espèce type : Phalaenopsis amabilis (L.) Blume 1825

Synonymes :

Polychilos Breda, Kuhl & Hasselt 1827 Doritis Lindl. 1833 Synadena Raf. 1838

Stauroglottis Schauer 1843 Polystylus Hasselt ex Hassk. 1855 Stauritis Rchb. f. 1862

Kingiella Rolfe 1917 Grafia A.D. Hawkes 1966 Kingidium P.F. Hunt 1970

Lesliea Seidenf. 1988